Et si le moment était bien choisi pour vous lancer dans l’écriture ?

Et si le moment était bien choisi pour vous lancer dans l’écriture ?

Ce projet que vous avez maintes et maintes fois repoussé devrait enfin pouvoir se réaliser, maintenant que vos loisirs extérieurs sont suspendus et votre vie sociale réduite à sa plus simple expression.

Le temps d’écrire

Shakespeare lui-même aurait profité de la fermeture des théâtres londoniens pendant un (des nombreux) épisode de peste pour écrire « le Roi Lear »… C’est en tous les cas l’une des infos qui circulent sur les réseaux sociaux depuis le mois de mars, comme pour vous encourager à vous lancer, à vous révéler par l’écriture. Alors que certains annoncent un baby-boom à la sortie de notre crise sanitaire, je ne serais pas surprise que l’on assiste aussi à un Bouquin-boom.

Cependant, pour transformer vos velléités en manuscrits aboutis, vous devez savoir certaines choses au sujet de l’écriture d’un ouvrage.

Avant tout, il faut être réaliste : on n’écrit pas un chef-d’œuvre en 1 jour ! Et c’est aussi valable pour les navets. Préparez-vous à consacrer du temps à faire, défaire et refaire, à user de l’énergie sans pour autant brûler de calories, à lutter pour garder votre concentration quand les réseaux sociaux ou le petit écran vous narguent. Il va vous falloir être persévérant face à ces nombreux obstacles qui vont se dresser devant vous : motivation qui s’épuise à vouloir suivre le fil d’une histoire aux multiples incohérences dont vous n’avez pas encore trouvé la façon de les effacer, mais aussi l’inspiration qui revient quand vous avez lâché prise pour mieux disparaître lorsque vous êtes enfin à votre poste de travail. Ce ne sont que quelques exemples. L’important est de ne pas désarmer et d’accepter les jours imparfaits.

Pour vous aider à vous lancer, voici quelques conseils rudimentaires :

Être clair dans son choix : quel est votre objectif ? 

  • Un livre professionnel, celui qui va révéler votre expertise et vous servir dans l’exercice de votre métier, que vous pourrez distribuer à la fin de vos conférences, vendre sur votre site, offrir à vos clients ?
  • Votre premier roman, pour mettre des mots sur cette histoire fabuleuse qui mijote dans votre cerveau depuis tant d’années ?
  • Donner votre témoignage ? On dit que l’écriture exprime le besoin de parler d’une souffrance et de prendre le monde à témoin. La crise sanitaire que nous vivons est tellement incroyable et dramatique qu’elle va servir d’inspiration pour de nombreuses et différentes expressions artistiques.

Si les trois choix représentent trois exercices différents, ils ont toutefois des exigences communes :

Avoir un plan de travail quotidien rigoureux :

Écrire est un exercice physique et mental qui requiert un peu d’entraînement si vous voulez tenir la distance. Comme pour commencer un sport, allez-y doucement pour ne pas vous écœurer. Prévoyez d’y consacrer ¼ h à ½ h par jour la première semaine, moment pendant lequel vous allez faire les préparations essentielles : quel que soit le livre, choisir votre cible, délimiter votre sujet avec un plan d’écriture ; pour le roman, préparer vos personnages, l’intrigue principale et les secondaires, la chute ; pour le livre professionnel, les anecdotes et les références et enfin pour le témoignage, l’angle d’attaque.

Vous devriez normalement voir votre capacité de travail s’allonger au fil des jours. Attention, c’est une discipline que vous devez vous imposer, mais qui ne sera pas facile à tenir. Tous ceux qui ont démarré le jogging connaissent cette sensation. Tout nouveau, tout beau, puis, entre le 8e et le 13e jour, la motivation accuse une forte baisse, on risque l’abandon pur et simple. Annoncez à vos proches que vous vous lancez dans cette aventure. Ils pourraient vous aider à tenir l’engagement que vous vous êtes fixé.

Lire les ouvrages similaires à celui que vous envisagez d’écrire

Voilà un conseil qui peut surprendre, lire des livres que vous auriez aimé écrire ! Comment rester original après ça ? « Ne risque-t-on pas de plagier ? » Évidemment que non, ces lectures ne doivent pas encourager le copier-coller, bien au contraire, elles doivent servir à observer les techniques employées et qui ont déjà fait leurs preuves, un terrain d’études en somme. Bernard Weber le dit très bien : « Lire peut vous permettre de décomposer les structures comme si on démontait un moteur de voiture Mazeratti pour voir comment c’est fait. Cela ne vous empêche pas de construire autrement une Lamborgini. » N’oubliez pas que l’écriture ne date pas d’hier : tout a déjà été écrit, sauf ce que vous n’avez pas encore écrit. À vous de vous démarquer sur le fond et sur la forme !

Soignez chaque étape.

L’écriture est une course en solitaire dans laquelle il faut s’imprimer un rythme sans céder à la précipitation. Chaque étape de la conception représente le marqueur d’un parcours dont vous ignorez encore la distance. Comprenez que le talent ne suffira pas, il faudra lui associer le travail ce qui pourra, pour certains, être fastidieux.

Pour l’écriture d’un roman, ce n’est pas parce que vous aurez trouvé votre chute, qu’il faudra vous lancer aussitôt dans votre histoire. La création des personnages est pour moi l’étape la plus importante de préparation d’un roman : vous devez réfléchir à chacun d’eux et leur donner une existence, un passé, des amis, etc. Le travail sera jugé bon quand vous ne saurez plus si ce personnage est fictif ou si vous l’avez vraiment connu.

Pour un livre professionnel, il est important de définir votre cible avec soin, le risque majeur étant de faire trop court, donc de ne pas avoir assez argumenté pour une cible complètement néophyte. Pensez à illustrer vos propos de références solides, mais privilégiez surtout les anecdotes personnelles, celles qui montrent que vous être expert de ce sujet. En fonction de votre cible, jargonnez à dose réfléchie, au risque d’être illisible par le grand public.

Pour un livre témoignage, la sincérité, même si elle est appréciée, ne suffira pas. Vous devez prendre le temps de réfléchir à l’angle d’attaque. Un journal de bord tout simple serait extrêmement ennuyeux, alors il faut vous démarquer. Si vous prenez par exemple le parti de parler de votre confinement sur votre unique zone de 1 km, tout ce qui se trouve au-delà de votre kilomètre devient alors une zone interdite et mystérieuse, vous avez de quoi vous décaler. Et votre témoignage de devenir un ouvrage science-fiction… 

Allez-y, lancez-vous ! Il n’y a jamais de meilleur moment que celui où l’on s’y met ! Toutes les idées sont bonnes à être exploitées, ne serait-ce que pour voir si elles feront un bon livre. Et pour juger de cela, savoir si vous avez suscité de l’intérêt, demandez à vos proches, ceux qui peuvent vous donner un avis objectif, pas ceux qui n’oseraient pas vous vexer ! Sinon, il y a aussi l’expertise de contenu ou le coaching en écriture.

Bon courage à tous !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s