SOLUTIONS ET EXPERTISES

SERVICES

S’agit-il de communication externe, elle met un coup de projecteur sur l’entreprise tout entière, ses valeurs, ses ambitions, sa place dans la société. Le savoir-faire est exposé en place publique, jeté aux loups de la concurrence. Une campagne de communication un peu fade, banale, voire simplement copiée sur les rivaux et le message de modernité et de dynamisme ne sera plus crédible. Une réponse mal formulée à un client, avec peut-être même une seule faute et c’est tout le groupe qui sera discrédité.   Quant à la communication interne, c’est le savoir-être qui est en jeu. Des correspondances un peu rugueuses aux dossiers abandonnés, voire oubliés au fond de la messagerie, peuvent freiner les efforts de tous et réduire à néant toute efficacité. Des discours qui résonnent au lieu de raisonner et motiver, des mots qui transpirent les maux et affaiblissent les volontés sont autant d’expressions de carence managériale.

FORMATIONS

Formations
Améliorer l’expression écrite des collaborateurs

Lire la suite…

CONCEPTION RÉDACTION

Conception rédaction
Conception rédaction

Lire la suite…

PRISE DE PAROLE

Prise de parole en public
La prise de parole en public se prépare à l’écrit

Lire la suite…

EXPERTISE DE CONTENU

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 43526326_s.jpg
Vérification des points stratégiques du contenu

Lire la suite…

ATELIERS – COACHING

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est 37025807_m.jpg
Ouvroir à idées créatives

Lire la suite…

BIOGRAPHIES – ROMANS

Pour les particuliers, c’est par là !

ARTICLES

35614969 – smart phone with notebook and cup of strong coffee on wooden background. cellphone with writing set with espresso

L’ATTENTION PRÊTÉE À L’INFORMATION EST LE CŒUR DE LA COMMUNICATION.

SOIGNEZ VOTRE RÉDACTION !

Les écrits professionnels représentent une clé d’entrée majeure pour analyser et comprendre les dysfonctionnements de communication et les problèmes qualité d’une entreprise. Qu’ils soient internes ou externes, ces écrits incarnent l’image même de l’entreprise et doivent montrer ses valeurs de fiabilité et de sincérité.

Il apparaît cependant que les collaborateurs sont parfois en difficulté devant la production d’un écrit de qualité dans le temps qui leur est imparti. Les objectifs sont pourtant clairs : répondre avec pertinence, rédiger avec fluidité, ajuster le niveau d’écriture à la cible, écrire en utilisant une grammaire et une syntaxe correcte pour gérer le flux rédactionnel sans se sentir oppressé ou anxieux.  

L’écriture est un enseignement fondamental que nous recevons dès notre plus jeune âge. Nulle question ici donc de faire le procès de quelque responsable, le niveau d’écriture des collaborateurs est ce qu’il est à l’instant T, il n’y a pas d’âge pour chercher à l’améliorer. Chacun y gagne en qualité de vie de travail, en confiance en soi et en plaisir à reproduire fidèlement le fruit de ses pensées, des plus élémentaires aux plus innovantes.

Télécharger le livre blanc : les écrits professionnels

« Comment dire ceci ? » « Qu’est-ce que j’ai voulu dire par là ? » et même, « Ce n’est pas du tout ce que je voulais dire ». Mais voilà, le mot est lâché : dire. Or, dire n’est pas écrire.

Nous sommes tous amenés à écrire à un moment donné de notre vie professionnelle. Un courriel, une note, un rapport, peu importe le poste occupé, nous ne pouvons pas constamment éviter l’obstacle. Le premier constat que j’ai fait sur les personnes en difficulté rédactionnelle est que le temps imparti pousse à la précipitation et génère panique ou blocage. « Pour certains d’entre nous, rédiger une simple phrase relève du défi. Alors que la phrase semble prête dans la tête, elle ne donne rien une fois traduite en caractères et éléments de ponctuation. Pire encore, que cette phrase enchaîne sur une autre et le texte devient un pavé lourd que l’auteur lui-même n’arrive pas à relire. Le résultat est souvent mauvais, voire vexant et plus… Il peut en résulter une réelle perte de confiance, un malaise à son poste de travail et de l’appréhension à devoir se coller à nouveau à l’exercice.

Il y a aussi ceux dont les écrits font partie du quotidien, mais qui n’ont pas été formés pour cela. Je pense aux services relations clients, mais aussi aux relations internes à l’entreprise et l’échange de mails conséquent qui en découle parfois. La cadence est telle que les envois sont rapides, peu ou pas relus et l’information complètement biaisée, quand elle ne passe pas directement à la trappe. Écrire vite s’apprend, trouver le plan de rédaction idéal pour les différents types de réponses se prépare, tout comme les bons usages se développent.

En prenant confiance dans ses capacités rédactionnelles, l’entreprise tout entière gagne sur plusieurs plans : qualité, réactivité et une meilleure ambiance au travail. Pour cette raison, les écrits professionnels doivent faire l’objet d’une observation rigoureuse et d’une amélioration continue.

« Être compris est la responsabilité du rédacteur ; comprendre n’est pas celle du destinataire ».

Livre d’entreprise : un outil marketing intéressant

Le livre professionnel, un outil marketing pour vous distinguer

À la différence du livre littéraire qui aura pour vocation de vous faire reconnaître en tant qu’écrivain, un livre professionnel affichera une démonstration de votre savoir-faire et vous fera reconnaître pour le professionnel que vous êtes, expert dans votre domaine. Il se distinguera aussi de la biographie de l’entrepreneur (ou de l’entreprise) qui a pour objet de dévoiler la part humaine de l’aventure, misant davantage sur l’émotionnel et le savoir-être.

Écrire un livre professionnel, c’est saisir l’opportunité d’asseoir sa légitimité et d’accroître sa visibilité. En développant votre point de vue au cours des pages, vous exposez votre méthode pour répondre à telle ou telle problématique, vous mettez en lumière votre expérience acquise tout au long de votre parcours pour, in fine, devenir LA référence dans votre domaine.

Avant de vous lancer, il convient cependant de réfléchir sérieusement à votre projet.

Trouver son motif : soyez honnête sur votre motif, le pourquoi de cette démarche. Il se peut qu’un client vous l’ait suggéré, ou encore des collègues qui font régulièrement appel à votre expertise. Ne vous trompez pas d’objectif, comme celui de vous lancer dans une carrière d’écrivain. Les lecteurs et vous-même seriez déçus du résultat. On ne vient pas chercher dans un livre d’entreprise le même contenu ; la structure, la technique d’écriture et le style sont différents.

Définir sa cible : la définition de la cible est une étape cruciale. Si vous voulez vous adresser à des néophytes, il vous appartiendra de rendre votre contenu lisible, accessible. Il faudra expliquer parfois, vulgariser souvent. Par contre, si vous choisissez de vous adresser à un public d’initiés, vous pourrez jargonner à loisir. Pensez également à réfléchir à la tranche d’âge. Cela peut sembler superficiel, mais on ne saurait être moins prudent : si vous êtes ce qu’on appelle poliment « une personne d’expérience » qui tentez de convaincre la jeune génération, autant s’intéresser un peu à leur code de langage.

Choisir son sujet : abordez un seul problème à la fois. Cela peut vous frustrer dans un premier temps, mais comprenez que si vous noyez votre cible dans trop de sujets, vous risquez d’en perdre un bon nombre. Préférez faire plus court, mais plus précis, quitte à lancer par la suite une collection, si le succès est au rendez-vous. Le calcul est même avantageux si l’on y réfléchit… Résoudre un problème de votre cible vous permettra de fidéliser et par extension d’ouvrir le champ de votre réflexion pour découvrir d’autres problèmes que cette même cible vous fera sans doute remonter, des problèmes auxquels vous n’auriez pas pensé en premier lieu.

Travailler sa solution : c’est elle qui vous donnera la structure. En listant toutes les possibilités de résolution et le chemin pour y parvenir, vous tenez votre plan, l’architecture qui facilitera grandement votre travail de rédaction. Une solution porte en elle différentes nuances qu’il faudra développer soigneusement pour atteindre les attentes du plus grand nombre.

Valoriser son expertise : si beaucoup de thèmes ont déjà été abordés, les solutions ne sont pas toujours les mêmes, les attitudes de résolution non plus. Il n’y a aucun intérêt à reproduire ce qui a déjà été énoncé ailleurs, faire du copier-coller. Soyez persuadé que votre point de vue apporte quelque chose de différent. Démarquez-vous ! Pendant le travail d’écriture, vous devez être passionné et convaincu. Cherchez un angle différent, variez le ton, utilisez votre expérience, humanisez votre contenu. Quelques pincées de storytelling apporteront du relief et auront plus de chance de captiver vos lecteurs. Soyez vigilant et exigeant sur le contenu, il en va de votre crédibilité. Un faux pas en la matière serait un coup de poignard dans votre communication.

Le livre professionnel est un bel outil de communication qui mérite l’investissement intellectuel et temporel qu’il représente. En partageant votre expérience, vous soutenez votre activité. En respectant vos lecteurs, en produisant un contenu sincère, vous fidélisez votre clientèle existante et vous vous faites connaître. Vous aidez les lecteurs à renforcer leurs compétences ou enrichir leurs références. Avec cet ouvrage, vous aurez de plus développé suffisamment de matière pour envisager une conférence. Il sera également un support commercial qualitatif que vous pourrez distribuer à l’issue de conférences, offrir en cadeau à vos prospects et même vendre en autoédition, ce qui rapporte 100 % de revenus nets.

voilà qui mérite réflexion…

Et si le moment était bien choisi pour vous lancer dans l’écriture ?

Et si le moment était bien choisi pour vous lancer dans l’écriture ?

Ce projet que vous avez maintes et maintes fois repoussé devrait enfin pouvoir se réaliser, maintenant que vos loisirs extérieurs sont suspendus et votre vie sociale réduite à sa plus simple expression.

Le temps d’écrire

Shakespeare lui-même aurait profité de la fermeture des théâtres londoniens pendant un (des nombreux) épisode de peste pour écrire « le Roi Lear »… C’est en tous les cas l’une des infos qui circulent sur les réseaux sociaux depuis le mois de mars, comme pour vous encourager à vous lancer, à vous révéler par l’écriture. Alors que certains annoncent un baby-boom à la sortie de notre crise sanitaire, je ne serais pas surprise que l’on assiste aussi à un Bouquin-boom.

Cependant, pour transformer vos velléités en manuscrits aboutis, vous devez savoir certaines choses au sujet de l’écriture d’un ouvrage.

Avant tout, il faut être réaliste : on n’écrit pas un chef-d’œuvre en 1 jour ! Et c’est aussi valable pour les navets. Préparez-vous à consacrer du temps à faire, défaire et refaire, à user de l’énergie sans pour autant brûler de calories, à lutter pour garder votre concentration quand les réseaux sociaux ou le petit écran vous narguent. Il va vous falloir être persévérant face à ces nombreux obstacles qui vont se dresser devant vous : motivation qui s’épuise à vouloir suivre le fil d’une histoire aux multiples incohérences dont vous n’avez pas encore trouvé la façon de les effacer, mais aussi l’inspiration qui revient quand vous avez lâché prise pour mieux disparaître lorsque vous êtes enfin à votre poste de travail. Ce ne sont que quelques exemples. L’important est de ne pas désarmer et d’accepter les jours imparfaits.

Pour vous aider à vous lancer, voici quelques conseils rudimentaires :

Être clair dans son choix : quel est votre objectif ? 

  • Un livre professionnel, celui qui va révéler votre expertise et vous servir dans l’exercice de votre métier, que vous pourrez distribuer à la fin de vos conférences, vendre sur votre site, offrir à vos clients ?
  • Votre premier roman, pour mettre des mots sur cette histoire fabuleuse qui mijote dans votre cerveau depuis tant d’années ?
  • Donner votre témoignage ? On dit que l’écriture exprime le besoin de parler d’une souffrance et de prendre le monde à témoin. La crise sanitaire que nous vivons est tellement incroyable et dramatique qu’elle va servir d’inspiration pour de nombreuses et différentes expressions artistiques.

Si les trois choix représentent trois exercices différents, ils ont toutefois des exigences communes :

Avoir un plan de travail quotidien rigoureux :

Écrire est un exercice physique et mental qui requiert un peu d’entraînement si vous voulez tenir la distance. Comme pour commencer un sport, allez-y doucement pour ne pas vous écœurer. Prévoyez d’y consacrer ¼ h à ½ h par jour la première semaine, moment pendant lequel vous allez faire les préparations essentielles : quel que soit le livre, choisir votre cible, délimiter votre sujet avec un plan d’écriture ; pour le roman, préparer vos personnages, l’intrigue principale et les secondaires, la chute ; pour le livre professionnel, les anecdotes et les références et enfin pour le témoignage, l’angle d’attaque.

Vous devriez normalement voir votre capacité de travail s’allonger au fil des jours. Attention, c’est une discipline que vous devez vous imposer, mais qui ne sera pas facile à tenir. Tous ceux qui ont démarré le jogging connaissent cette sensation. Tout nouveau, tout beau, puis, entre le 8e et le 13e jour, la motivation accuse une forte baisse, on risque l’abandon pur et simple. Annoncez à vos proches que vous vous lancez dans cette aventure. Ils pourraient vous aider à tenir l’engagement que vous vous êtes fixé.

Lire les ouvrages similaires à celui que vous envisagez d’écrire

Voilà un conseil qui peut surprendre, lire des livres que vous auriez aimé écrire ! Comment rester original après ça ? « Ne risque-t-on pas de plagier ? » Évidemment que non, ces lectures ne doivent pas encourager le copier-coller, bien au contraire, elles doivent servir à observer les techniques employées et qui ont déjà fait leurs preuves, un terrain d’études en somme. Bernard Weber le dit très bien : « Lire peut vous permettre de décomposer les structures comme si on démontait un moteur de voiture Mazeratti pour voir comment c’est fait. Cela ne vous empêche pas de construire autrement une Lamborgini. » N’oubliez pas que l’écriture ne date pas d’hier : tout a déjà été écrit, sauf ce que vous n’avez pas encore écrit. À vous de vous démarquer sur le fond et sur la forme !

Soignez chaque étape.

L’écriture est une course en solitaire dans laquelle il faut s’imprimer un rythme sans céder à la précipitation. Chaque étape de la conception représente le marqueur d’un parcours dont vous ignorez encore la distance. Comprenez que le talent ne suffira pas, il faudra lui associer le travail ce qui pourra, pour certains, être fastidieux.

Pour l’écriture d’un roman, ce n’est pas parce que vous aurez trouvé votre chute, qu’il faudra vous lancer aussitôt dans votre histoire. La création des personnages est pour moi l’étape la plus importante de préparation d’un roman : vous devez réfléchir à chacun d’eux et leur donner une existence, un passé, des amis, etc. Le travail sera jugé bon quand vous ne saurez plus si ce personnage est fictif ou si vous l’avez vraiment connu.

Pour un livre professionnel, il est important de définir votre cible avec soin, le risque majeur étant de faire trop court, donc de ne pas avoir assez argumenté pour une cible complètement néophyte. Pensez à illustrer vos propos de références solides, mais privilégiez surtout les anecdotes personnelles, celles qui montrent que vous être expert de ce sujet. En fonction de votre cible, jargonnez à dose réfléchie, au risque d’être illisible par le grand public.

Pour un livre témoignage, la sincérité, même si elle est appréciée, ne suffira pas. Vous devez prendre le temps de réfléchir à l’angle d’attaque. Un journal de bord tout simple serait extrêmement ennuyeux, alors il faut vous démarquer. Si vous prenez par exemple le parti de parler de votre confinement sur votre unique zone de 1 km, tout ce qui se trouve au-delà de votre kilomètre devient alors une zone interdite et mystérieuse, vous avez de quoi vous décaler. Et votre témoignage de devenir un ouvrage science-fiction… 

Allez-y, lancez-vous ! Il n’y a jamais de meilleur moment que celui où l’on s’y met ! Toutes les idées sont bonnes à être exploitées, ne serait-ce que pour voir si elles feront un bon livre. Et pour juger de cela, savoir si vous avez suscité de l’intérêt, demandez à vos proches, ceux qui peuvent vous donner un avis objectif, pas ceux qui n’oseraient pas vous vexer ! Sinon, il y a aussi l’expertise de contenu ou le coaching en écriture.

Bon courage à tous !