Auteur, rédacteur, pigiste, écrivassier, gratte-papier, scribouilleur, pisse-copie… tous écrivains ?
"Je suis écrivain"... Sans chercher à impressionner, voilà pourtant une entrée en matière qui en jette ! Souvent intrigué, curieux, l’interlocuteur pourra aussi se montrer dubitatif, voire railleur, et il s’empressera de tester l’arrogant qui le toise en le défiant d’un classique : « et vous êtes édité ? » Un non ferme et honnête le décevra sûrement. Charge alors à l’imp(r)udent qui aura lancé les débats de rappeler que si le Larousse donne en unique explication du mot écrivain : « personne qui compose des ouvrages littéraires », le CNRTL , lui, propose en première définition : « Celui, celle dont le métier est d’écrire pour autrui. »

La même différence 
Celui qui écrit des ouvrages littéraires appartient à un monde singulier. Dans l’inconscient collectif, l’écrivain est ce rêveur énigmatique qui revendique son appartenance au monde des intellectuels ou encore le sombre psychopathe qui dévoile ses fantasmes les plus inquiétants dans des romans de gare. Cet écrivain écrit pour lui seul et ce sont SES ÉCRITS qu’il cherche à vendre.  
La démarche est tout autre pour celui qui écrit pour autrui ; celui-ci vend SON ÉCRITURE et vit son métier sans frustration. Certes, l’image est moins romantique. Il se présente en professionnel, avec une ou plusieurs expertises, un spécialiste qui maîtrise un outil au même titre qu’un garagiste, un informaticien ou une couturière. L’écrivain propose ses services, qui vont de la simple réparation à la conception, de la remise à taille au sur-mesure, du rapiéçage au complet relooking. Il maîtrise ses protocoles et il connaît ses mesures. Il sait répondre aux demandes de ses clients, soient-elles parfois singulières, car il a une forte capacité d’adaptation, acquise par sa facilité à observer et écouter les sociétés et les classes qui évoluent autour de lui pour en distiller l’essentiel. Nul besoin de grands élans poétiques, il doit s’adapter au cahier des charges en utilisant sa créativité pour oser la différence.  

De l’audace que diable ! 
Ceux qui, comme moi, ont fait le choix de l’écriture pour autrui peuvent s’autoriser un autre regard, un certain recul sur la rédaction. Tout en se mettant au diapason, ils peuvent créer en fonction des libertés qui leur sont accordées et se permettre ainsi bien des audaces. Dans cette société de la pensée Flash, de l’information à vitesse lumière, à l’asservissement de l’esprit, aux technologies subversives permettant une soi-disant émancipation de l’instruction, de l’éducation et de la culture, il me paraît effectivement bien risqué pour une entreprise de faire l’impasse sur une écriture personnalisée. Le modèle de leadership change, indéniablement. Le patron viril et dominateur doit laisser la place à l’homme ou la femme qui saura saisir les opportunités, faire preuve d’une audace stratégique, d’un courage affirmé dans la prise de risque, d’une certaine ardeur voire d’une croyance insolente en son destin. La société actuelle pousse chacun à devenir « entrepreneur de soi », on cherche le savoir-faire et le savoir-être. Pour valoriser ces affirmations, l’écriture est un excellent vecteur qui doit permettre de se distinguer au sein de cette féroce compétition. On n’en attend pas moins des hommes et des femmes dans l’exercice du pouvoir, on en attend différemment.  
L’écriture, c’est le « pouvoir de durer » d’une civilisation. Celles qui ont laissé leur trace dans l’histoire de l’humanité le doivent à la qualité de leurs écrivains. Loin de l’absinthe et des Fleurs du mal, ceux qui savent écrire figent les lois, rédigent les modes d’emploi, établissent des missives diplomatiques, enregistrent les recettes, envoient les lettres au père Noël et, quand il le faut, enflamment la tribune d’une révolution émergente… Ceux-là travaillent pour la société, certes, mais ils travaillent indéniablement pour l’humanité… Notre monde actuel a-t-il le temps de s’en rendre compte ? Je pense que, de manière holistique oui, mais dans la vie de tous les jours, nous sommes loin du compte.  
 
 
Karinne Michel Radburn 


Pour modifier l'affichage, éditez les styles des éléments correspondants (normalement la Zone "Cadre Principale").

Pour modifier les liens du menu, éditez, copiez-collez ou supprimez les éléments-liens dedans.

Pour cacher un élément sans le supprimer, utilisez sa propriété Visible.
Pour "activer" l'affichage d'une flèche, utilisez sa propriété "Visible"
LE SENS CRÉATIF DE L'ÉCRIVAIN 
NE CRAINT PAS LE LANGAGE STÉRÉOTYPÉ DES ÉCOLES DE COMMUNICATION
En acceptant le pari de faire appel à un écrivain, vous aurez l'audace d'offrir à votre entreprise une communication de qualité. 
Écrivain biographe installée depuis 2007
Prestations à distance et sur rendez-vous, dans toute la France
Plus d'une cinquantaine d'ouvrages écrits à ce jour.
Travail de création et de composition personnalisé, relecture par une correctrice professionnelle. Confidentialité et responsabilité garanties
RETROUVEZ-MOI SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX 
CONTACT
Nom
Prénom
e-mail
téléphone
Entrez votre message